Séminaires (EHESS, USPC)

marchéurkainiennes chapitre1
In Naples, the « Russian market », 2011

Prochain séminaire MAGMET (Migrants in Global Metropolises), le jeudi 16 mai de 10h à 12h. INALCO, 65 rue des Grands Moulins, 75013 Paris, amphithéatre 1.

Alejandro Portes (Princeton)

« A Tale of Three Cities: Miami, Dubai, and Singapore Compared ».

Discutants : Renaud Le Goix (UdP/Géographie-cités), Tommaso Vitale (Sciences Po/CEE)

MAGMET (Delphine Pagès-El Karoui, Catherine Lejeune, Camille Schmoll, Hélène Thiollet)

Abstract : « A Tale of Three Cities: Miami, Dubai, and Singapore Compared ».

The literature on “global cities,” following publication by Saskia Sassen of a book under the same title, has focused on those prime centers of the capitalist economy that concentrate command-and-control functions in finance and trade worldwide. New York, London, Tokyo and, sometimes, Frankfurt and Paris are commonly cited as such centers. In recent years, however, another set of mercantile and financial centers have arisen. They reproduce, on a regional basis, the features and functions of the prime global cities. Dubai, Miami, and Singapore have emerged during the first quarter of the XXI century as such new regional centers. This paper explores the history of the three; the mechanisms that guided their ascent to their present position; and the pitfalls –political and ecological– that may compromise their present success. The rise of these new global cities from a position of insignificance is primarily a political story, but the stages that the story followed and the key participants in it are quite different. A systematic comparison of the three cities offer lessons for urban sociology, and economics and for other ambitious cities and city leaders aspiring to a similar role.

Séminaire MAGMET (Migrants in Global Metropolises), organisé avec Delphine Pages El Karoui (INALCO), Hélène Thiollet (CERI-Sciences Po), Catherine Lejeune (LARCA, U. Paris Diderot)

____________________________________________________________________________________

Séminaire Mobilités transnationales, économies des migrations, mobilités sociales, acteurs et dispositifs, EHESS, organisé avec Michel Péraldi (IRIS EHESS), Liza Terrazzoni (CADIS EHESS), Adelina Miranda (Migrinter Poitiers)

Nous continuerons, cette année, de poser des jalons à la construction d’une sociologie critique et réflexive des phénomènes migratoires en interrogeant le paradigme de la « crise migratoire ». Les « migrations » sont aujourd’hui souvent évoquées, d’un point de vue politique, parfois intellectuel, comme un problème, en termes d’afflux massif, et les « migrants » comme menaçant les frontières. Les phénomènes que l’on appelle aujourd’hui « migrations » ne sont pourtant qu’une part minoritaire des flux, d’une ampleur considérable, qui caractérisent le monde contemporain.

Nous partirons ainsi d’une question : pourquoi la « migration » apparaît-elle aujourd’hui comme la forme problématique des mobilités contemporaines ? L’intention théorique consiste à replacer les flux nommés aujourd’hui « migrations » dans une réflexion globale et interdisciplinaire sur les mobilités, en les mettant en perspective avec d’autres flux et formes de déplacements et ainsi à penser l’opposition entre migration et mobilité.

Dans un contexte de durcissement des politiques migratoires et des dispositifs de contrôle nous souhaitons discuter la place de ces phénomènes, tant politique que symbolique, dans nos sociétés et, à distance du nationalisme méthodologique, interroger les catégories et théories classiques des études migratoires.

Nous questionnerons les dynamiques migratoires au prisme de différents terrains et sous trois axes principaux :

  • Les économies dans lesquelles la mobilité transnationale devient un élément stratégique ainsi que les processus de réagencement des statuts qui s’opèrent dans cette mobilité : place des migrant-e-s dans certains secteurs économiques et liens entre migrations et mobilités sociales.
  • Les mobilités transnationales comme un ensemble de phénomènes sociaux différenciés, tant du point de vue de leur historicité que de leur dynamique.
  • La question politique de « l’étranger » et la réduction de son statut à celui de « migrant ».

Ces différents aspects seront étudiés sous l’angle des expériences migratoires et des logiques sociales qui la traversent (mobilités socio-économiques, autonomie, stratification sociale à l’échelle transnationale), comme des politiques, des frontières et des dispositifs.